You are browsing the archive for Sabine Blanc.

Démonstration de data bullshit à Pas sage en Seine 2015

- July 19, 2015 in databullshit, école des données, Evenement, PSES

événement databullshit à Pas sage en Seine 2015 À Pas sage en Seine (PSES), festival de hacking parisien, on célèbre, entre autres, la donnée libre et ouverte pendant quatre jours chaque mois de juin depuis 7 ans. Il était donc logique d’y proposer, dans le cadre de l’Ecole des Données, une petite présentation sur le data bullshit, ou l’art de raconter des âneries avec les données, un exercice fort courant malheureusement. Pour ne pas nous contenter d’une conférence théorique trop passive, nous avons alterné principes généraux et mise en pratique sur des exemples, dans une micro-chasse au data bullshit. Le public plutôt aguerri de PSES n’a pas mis trop de temps à trouver les biais dans les cas exposés. Un des participants a demandé s’il était possible d’automatiser la détection des erreurs, dans un contexte de flux permanent d’information. S’il existe effectivement des outils pour faciliter le fact checking, ils ont leur limite et sont à compléter par un regard humain. Il suppose aussi de les avoir sous la main, ce qui n’est pas toujours le cas, par exemple dans une conversation. Par cette question, la personne témoignait de son inquiétude face à cette masse de données : comment faire le tri sans passer des nuits à chercher ? A défaut de pouvoir redresser toutes les données erronées, visons déjà un objectif plus raisonnable : avoir des réflexes, souvent de l’ordre du bon sens, pour détecter les erreurs et titiller celui qui les avance. Les analyses plus poussées peuvent relever davantage des personnes dont c’est la spécialité : journaliste, blogueur expert d’un sujet, chercheur.se… Ce petit exposé a vocation à être adapté en fonction de la demande, par exemple en thématisant les cas d’’école soumis : éducation, immigration, santé… Si vous êtes intéressé, contactez-nous : ecoledesdonnees [at] okfn.fr La vidéo de la présentation, captée par la merveilleuse organisation de l’événement, est disponible ici. La présentation est là, n’hésitez pas à la reprendre et la mettre à votre sauce. Et le Storify du talk, merci Sylvia !

Retour sur le premier hackathon sur les données du ministère de l’Intérieur

- August 9, 2014 in datajournalisme, Evenement, Open Data

hackathon Bauveau

Crédit ministère de l’Intérieur, avec leur autorisation.

Données des impôts, de l’eau et enfin de l’Intérieur : fin juin, c’est un véritable marathon des hackathons auquel s’est livrée l’administration française avec la société civile. L’OKF France a apporté sa pierre en co-organisant l’événement sur les données de la Place Beauvau les 20 et 21 juin avec le soutien de son correspondant open data Philippe Guiraud, d’Etalab, la mission en charge de l’ouverture des données publiques et d’OCTO Technology, une SSII qui nous a accueillis dans ses locaux des Champs-Elysées, à trois coups de pédales du Ministère. L’objectif était tout autant de travailler sur les données – production d’un contenu et amélioration de la qualité des bases -, que de rencontrer les agents d’une administration qui n’a pas la réputation d’être la plus bavarde. Malgré une rude concurrence à base de soleil et de Coupe du monde, quatre équipes étaient au rendez-vous le vendredi, dont une partie à distance. Développeurs, journalistes, graphistes, sociologues, agents de l’administration ont bien bossé pendant ces deux jours, en résistant à la tentation de rester faire la sieste sur la terrasse d’Octo…
hackathon Beauvau

Romain Talès, d’Etalab, Philippe Guiraud, correspondant open data de l’Intérieur et des hackathoniens. Crédit ministère de l’Intérieur, avec leur autorisation.

La première équipe a travaillé sur les données relatives à la présence de forces de l’ordre – commissariats, gendarmeries et polices municipales – et les données de la délinquance. Elle s’est heurtée à la qualité des données, hétérogénéité des formats, granularité pas assez fine sur celles de la délinquance, mais aussi au manque de pertinence des données de la délinquance, sujettes à grosse caution : il s’agit en fait de la délinquance enregistrée par les services, enregistrement qui est l’objet de manipulations fréquentes.

Deux autres équipes ont travaillé sur les accidents de la route. Une première a poursuivi le travail entamé sur la série 2006-2011, qui n’est malheureusement pas horodatée, à l’initiative de Brice Person, ancien de Regards Citoyens, habitué des hackathons. Une première version est déjà disponible ici, un clic sur une commune affiche une synthèse sur celle-ci puis donne accès au détail des voies concernées par les accidents.

La troisième équipe s’est mis un bon coup de fouet samedi pour travailler sur les données horodatées cette fois-ci des accidents 2012, envoyées par la sécurité routière vendredi en fin de journée. Finalisée avec l’aide de la seconde équipe, elle est visible sur Rue89, qui avait dépéché deux journalistes durant ces deux jours. Ce travail a été l’occasion d’un échange avec un gendarme qui a expliqué qu’il avait déjà utilisé ces données pour tenter de diminuer le nombre d’accidents mais qu’un plafond semblait avoir été atteint : “On a pilonné les boites de nuit, les axes dangereux ont été aménagés… Entre un mort et un accident léger, la différence, c’est un arbre.”

restitution hackathon Bauveau

La dernière équipe a poursuivi le travail entamé sur les polices municipales en croisant données de la densité des effectifs par commune et potentiel fiscal, pour voir si les polices municipales étaient réservées aux communes riches, comme on l’entend parfois. La réalité est plus nuancée, comme vous pouvez le voir sur cet article de La Gazette des communes. Virginie Malochet, sociologue travaillant à l’IAUIDF, auteure de plusieures études sur les polices municipales, a apporté son regard de spécialiste et son intérêt de chercheuse pour de tels jeux de données.

Nous remercions les agents de l’Antai, de la gendarmerie, de la DILA, de la DSIC…, qui ont eu la curiosité de venir voir ce format qui détonne par rapport à leurs habitudes de travail. Nous avons pu mesurer la distance entre les discours officiels et le ressenti des agents – choc des cultures comme euphémise Rue89… – mais aussi la bonne volonté dont font preuve certains, et dont cet événement témoigne. Nous avons entendu avec plaisir qu’un travail était mené par la direction des systèmes de l’information et de la communication pour intégrer l’open data en natif. Gageons que d’ici deux ans, les participants pourront jouer avec plein de gentilles données bien rangées !

Premier hackathon sur les données du ministère de l’Intérieur

- May 29, 2014 in datajournalisme, Evenement, hackaton, ministère de l'Intérieur, Open Data

L’OKF France, en partenariat avec le ministère de l’Intérieur, Etalab et OCTO Technology, organisent les 20 et 21 juin un premier hackathon à partir des données du ministère de l’Intérieur disponibles sur data.gouv, qui aura lieu chez OCTO Technology, 50 avenue des Champs-Elysées.

Les équipes auront deux jours pour élaborer des prototypes d’applications et de visualisations de données ou améliorez la qualité de données déjà disponibles pour mieux jouer avec. Il sera aussi possible de présenter un projet que vous avez réalisé avec des données de l’Intérieur dans un format bref tout au long des deux jours.

L’événement sera aussi l’occasion d’une rencontre informelle entre producteurs de données et réutilisateurs, pour apprendre à mieux se connaître et échanger par la suite. Le panel des données couvrent l’ensemble des champs d’intervention du ministère : élections, sécurité routière, immigration, sécurité civile, police, intercommunalité, autant de domaines et de données qui peuvent aiguiser l’imagination des participants. La diffusion des données de la délinquance relèvent toutefois de la diffusion par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénale disponibles également sur data.gouv.fr,

Que vous soyez développeur-se, designer, journaliste, statisticien-ne, sociologue ou « simple » citoyen-ne curieux-se, vous pouvez proposer votre équipe et/ou un pitch de projet ou juste passer.

L’événement est bien entendu ouvert à tous, toutefois en raison du nombre de places limité, il est nécessaire de s’inscrire.

Pour inscrire une équipe, c’est ici.

Vous êtes seul-e et cherchez des équipier-e-s, rendez-vous là

Vous voulez juste passer, inscrivez-vous ici.

Les pitches de projet seront présentés en fonction des propositions en amont et sur place.

5240675816_f1368beb14_z

Carte des accidents de vélo réalisée par la police de Chicago.

Flickr CC by nc sa Steven Vance

Déroulé

Vendredi

9 heures – 10 heures : accueil et constitution des équipes

Pitches tout au long de la journée pour présenter un projet data fait avec des données de l’Intérieur

Midi : point d’étape

18 heures : point d’étape

Samedi

Pitches tout au long de la journée pour présenter un projet data fait avec des données de l’Intérieur

midi : point d’étape

18 heures : restitution

19 heures : apéritif

Contacts :

OKF France : Sabine Blanc sabine@sabineblanc.net

Ministère de l’Intérieur : Philippe Guiraud, correspondant open data philippe.guiraud@interieur.gouv.fr

OCTO : Julien Kirch juk@octo.com