You are browsing the archive for Open burkina.

An update from Open Burkina

- September 14, 2017 in community, Energy, network, Open burkina

Energy is fundamental to any development. The National Electricity Company of Burkina Faso (SONABEL) whose task is the generation, transmission, and distribution of electricity in the Burkinabè population, works hard to enable citizens to benefit from this as an important resource. However, it is clear that SONABEL hardly fulfills this mission: hardly a day goes by without a power failure in Ouagadougou. After multiple complaints, which can be found on social networks, citizens have ended up resigning and passively endure the cuts. A tweet that compares the electricity supply to light effect Among these cuts, there are load-sheddings (the deliberate shutdown of electric power in parts of a system to prevent the failure of the entire system), which are due to an insufficient capacity of SONABEL. Other cuts are due to incidents on the transmission or distribution networks. Regarding load-shedding, SONABEL produces a weekly program, but that is not legible for the citizen. It is therefore difficult for them to know if they should be concerned or not. This decreases the value of the program to the citizens. Load-shedding program as it is published by the electricity company On the other hand there is no data on cuts, such as their numbers or their locations, which make citizen advocacy to improve service delivery more difficult. For better service delivery, the Open Knowledge International local group in Burkina Faso, called Open Burkina, started the reflections since 2015. The idea is to provide citizen support to the efforts of the state. From reflection, a project with three components was born.

Mapping components

Through the mapping, the project intends to represent the load-shedding program on a map to make it more readable. A notification system can be set up to send an email or SMS to the residents of areas affected by load-shedding.

Data Collection Components

In this component, domestic sensors are designed to record cuts and current returns. The data will then be centralized and made available in open data. The sensors are designed with Arduino cards drawing on Waziup and Open IoT projects.

Notifying threshold

In the case of power cuts, a system will be provided that will notify residents of an area at the approach of the consumption threshold that can lead to a load-shedding. These users will be invited to reduce their consumption to avoid reaching the threshold. We hope that this system will help regulate the consumption of electricity and avoid outages due to power cuts. A nurse, using her phone light to receive her patients during a power cut in Ouagadougou. Photograph: Aoua Ouédraogo Our project was presented for a competitive grant for open data innovators in Africa, launched by our partner ODI in June 2017. Despite more than 80 candidate projects of all African countries, we are part of the three winning projects. Thanks to this recognition, the project will have a £ 6000 (~ 4.2 million FCFA) funding to achieve its objectives. The project is expected to last three months, and Open Burkina work closely with SONABEL, the IGB, the ANPTIC, Nos3S and the city of Ouagadougou for its success.  

Dans la vague “Open Data Day 2016”

- March 19, 2016 in Beog-neere, Burkina Faso, General, International, odd16, Open burkina, Open Data Day 2016, Open Knowledge, Open Street Map

Untitled2 Une journée modeste mais riche. L’Open data day 2016 au Burkina a permis de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’écosystème et d’explorer de nouveaux domaines pour l’ouverture des données. Et cette fois, c’est le secteur de la santé qui était dans le viseur des militants de l’ouverture des données. Retour sur une journée d’échanges et débats passionnés autour de l’ouverture des données. Ambiance. Dans l’amphithéâtre de l’Institut supérieur privé polytechnique (ISPP) situé à un bout de la nouvelle ville (Ouaga 2000), l’ambiance est chaude ce samedi matin. L’amphi n’est pas remplie. Mais les discussions, passionnées par moment, du petit groupe qui occupe les lieux, font croire à un jour de cours. Une ambiance faite de passion, mais aussi de rires. Quand on discute haut et fort de données sur la santé, notamment où trouver ces données et qu’un participant inspiré vous suggère de chercher du côté des coopératives agricoles…. Imaginez. Bon, la parenthèse de l’Open Data et agriculture a été fermée sans qu’il ne se rende compte. Mais aussi, la confusion est facilement arrivée parce que l’ouverture des données au Burkina progresse d’un secteur à un autre, de l’agriculture à la santé. Bref. Nous sommes dans un pays, le premier dans l’Afrique francophone à s’engager dans un processus d’ouverture des données. Et il était important d’intéresser plus de monde à ce concept à la mode, l’Open Data.   Recap. La communauté open data du Burkina Faso a encore réussi un pari. Celui de conquérir de nouveaux secteurs d’activité et de nouvelles personnes dans le processus de l’ouverture des données. Le secteur de la santé et celui de l’énergie. La célébration de journée de l’ouverture des données s’est faite autour de ces thématiques et a dégagé de bonne perspective, notamment pour ce qui est de l’open data et énergie. Et si vous n’y étiez pas, voici un petit recap en deux points. PHOTO DE COUVERTURE FACEBOOK Qui étaient à la journée Open Data? L’un des objectifs en participant à l’Open Data Day était d’abord de faire connaître l’écosystème existant dans le domaine de l’Open data, permettre aux différents acteurs de se connaitre entre eux. Et ensuite de faire de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’ensemble de l’écosystème des données au Burkina Faso.   Les différentes structures présentes et actives dans le domaine de l’Open Data ont été présentées. En l’occurrence, il s’agit de l’Initiative pour un Burkina Ouvert (Open Burkina), Open Knowledge Foundation (OKFN) Burkina Faso, BEOG NEERE (For a better future), Geek Developers Network (GDN), Burkina Open Data Initiative (BODI), Open Street Map (OSM) et le Fablab Ouagalabs. Une bonne brochette représentative de ce que le pays compte de structures intéressées par l’ouverture des données. On peut dire que depuis la première rencontre tenue en avril 2014 à Jokkolabs, cette communauté a grandi et que l’écosystème de l’Open Data au Burkina se dessine. Il y avait également ce samedi des étudiants en médecine et des professionnels de la santé qui sont venus découvrir l’open data et contribuer au débat sur l’ouverture des données sur la santé.   De quoi a-t-on parlé? De l’importance de la data et des opportunités. La journée a commencé par une mise à niveau des participants. Une bonne partie des étudiants et professionnels de la santé découvrait pour la première fois le concept de l’open data, grâce à la communication introductive donnée par Idriss Tinto, ambassadeur Open Knowledge Foundation au Burkina Faso. La communication a surtout insister sur l’importance de l’ouverture des données pour la démocratie, avec l’exemple édifiant de open élection, pour le développement avec des perspectives et opportunités dans des domaines comme l’éducation, l’agriculture ou la santé. Après cette phase théorique, la journée s’est poursuivi avec des ateliers plus participatifs. Untitled De l’ouverture des données dans le secteur de la santé. Le premier atelier a porté sur l’open data et santé. Assez passionnant. L’idée derrière cet atelier était de présenter les opportunités offertes par l’Open Data dans la santé, d’identifier les données clés à récolter, de se pencher sur leur réutilisation et finalement de poser les jalons d’une stratégie pour l’ouverture des données dans le domaine de la santé. Les échanges ont fait voir de nombreuses opportunités possibles avec les données du domaine de la santé. Reste qu’ils ont aussi révélé une chose de très important: la réticence des acteurs du domaine de la santé, notamment les étudiants qui ont montré des craintes d’intrusion dans leur métier.   D’un projet citoyen basé sur la cartographie. Le second atelier de la journée a porté sur le projet de cartographie des délestages dans la ville de Ouagadougou. Ce projet porté par Open Burkina a été présenté aux participants. Un projet ambitieux qui veut permettre aux Ouagalais de s’adapter à l’inconfort des délestages, en leur donnant une information de qualité à partir des données de la société de fourniture d’électricité. Pour le moins que l’on puisse dire, le projet a reçu des contributions intéressantes qui devront lui permettre d’évoluer et de prendre corps bientôt.   Leçon apprise. à chaque fois qu’il est question d’ouvrir des données, il y a à quelque part des réticences. Et les organisateurs de l’Open Data Day 2016 au Burkina ont bien fait d’inviter des professionnels et étudiants du domaine de la santé pour discuter de l’Open data et santé. Comme quoi, lorsque vous vous intéresser à un domaine, il est important d’associer dès le départ les professionnels du domaine pour savoir leurs craintes, leurs réticences et évoluer ensemble grâce à un débat constructif. Ils sont parfois les premiers alliés, soient en tant que producteurs de données, ou même bénéficiaires. Pour preuve? Le projet, nendo, présenté d’ailleurs lors de l’Open Data Day, pour lequel un particulier, professionnel du domaine a fourni les données qu’il avait sur l’éducation dans une commune donnée. IMG_20160305_163123 On retient, avec satisfaction que dans la vague mondiale de célébration de l’Open Data Day 2016 (257 évènements dans le monde!), ce samedi 5 mars, le Burkina Faso s’est fait compter. Article écrit par Justin Yarga

Dans la vague “Open Data Day 2016”

- March 19, 2016 in Beog-neere, Burkina Faso, General, International, odd16, Open burkina, Open Data Day 2016, Open Knowledge, Open Street Map

Untitled2 Une journée modeste mais riche. L’Open data day 2016 au Burkina a permis de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’écosystème et d’explorer de nouveaux domaines pour l’ouverture des données. Et cette fois, c’est le secteur de la santé qui était dans le viseur des militants de l’ouverture des données. Retour sur une journée d’échanges et débats passionnés autour de l’ouverture des données. Ambiance. Dans l’amphithéâtre de l’Institut supérieur privé polytechnique (ISPP) situé à un bout de la nouvelle ville (Ouaga 2000), l’ambiance est chaude ce samedi matin. L’amphi n’est pas remplie. Mais les discussions, passionnées par moment, du petit groupe qui occupe les lieux, font croire à un jour de cours. Une ambiance faite de passion, mais aussi de rires. Quand on discute haut et fort de données sur la santé, notamment où trouver ces données et qu’un participant inspiré vous suggère de chercher du côté des coopératives agricoles…. Imaginez. Bon, la parenthèse de l’Open Data et agriculture a été fermée sans qu’il ne se rende compte. Mais aussi, la confusion est facilement arrivée parce que l’ouverture des données au Burkina progresse d’un secteur à un autre, de l’agriculture à la santé. Bref. Nous sommes dans un pays, le premier dans l’Afrique francophone à s’engager dans un processus d’ouverture des données. Et il était important d’intéresser plus de monde à ce concept à la mode, l’Open Data.   Recap. La communauté open data du Burkina Faso a encore réussi un pari. Celui de conquérir de nouveaux secteurs d’activité et de nouvelles personnes dans le processus de l’ouverture des données. Le secteur de la santé et celui de l’énergie. La célébration de journée de l’ouverture des données s’est faite autour de ces thématiques et a dégagé de bonne perspective, notamment pour ce qui est de l’open data et énergie. Et si vous n’y étiez pas, voici un petit recap en deux points. PHOTO DE COUVERTURE FACEBOOK Qui étaient à la journée Open Data? L’un des objectifs en participant à l’Open Data Day était d’abord de faire connaître l’écosystème existant dans le domaine de l’Open data, permettre aux différents acteurs de se connaitre entre eux. Et ensuite de faire de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’ensemble de l’écosystème des données au Burkina Faso.   Les différentes structures présentes et actives dans le domaine de l’Open Data ont été présentées. En l’occurrence, il s’agit de l’Initiative pour un Burkina Ouvert (Open Burkina), Open Knowledge Foundation (OKFN) Burkina Faso, BEOG NEERE (For a better future), Geek Developers Network (GDN), Burkina Open Data Initiative (BODI), Open Street Map (OSM) et le Fablab Ouagalabs. Une bonne brochette représentative de ce que le pays compte de structures intéressées par l’ouverture des données. On peut dire que depuis la première rencontre tenue en avril 2014 à Jokkolabs, cette communauté a grandi et que l’écosystème de l’Open Data au Burkina se dessine. Il y avait également ce samedi des étudiants en médecine et des professionnels de la santé qui sont venus découvrir l’open data et contribuer au débat sur l’ouverture des données sur la santé.   De quoi a-t-on parlé? De l’importance de la data et des opportunités. La journée a commencé par une mise à niveau des participants. Une bonne partie des étudiants et professionnels de la santé découvrait pour la première fois le concept de l’open data, grâce à la communication introductive donnée par Idriss Tinto, ambassadeur Open Knowledge Foundation au Burkina Faso. La communication a surtout insister sur l’importance de l’ouverture des données pour la démocratie, avec l’exemple édifiant de open élection, pour le développement avec des perspectives et opportunités dans des domaines comme l’éducation, l’agriculture ou la santé. Après cette phase théorique, la journée s’est poursuivi avec des ateliers plus participatifs. Untitled De l’ouverture des données dans le secteur de la santé. Le premier atelier a porté sur l’open data et santé. Assez passionnant. L’idée derrière cet atelier était de présenter les opportunités offertes par l’Open Data dans la santé, d’identifier les données clés à récolter, de se pencher sur leur réutilisation et finalement de poser les jalons d’une stratégie pour l’ouverture des données dans le domaine de la santé. Les échanges ont fait voir de nombreuses opportunités possibles avec les données du domaine de la santé. Reste qu’ils ont aussi révélé une chose de très important: la réticence des acteurs du domaine de la santé, notamment les étudiants qui ont montré des craintes d’intrusion dans leur métier.   D’un projet citoyen basé sur la cartographie. Le second atelier de la journée a porté sur le projet de cartographie des délestages dans la ville de Ouagadougou. Ce projet porté par Open Burkina a été présenté aux participants. Un projet ambitieux qui veut permettre aux Ouagalais de s’adapter à l’inconfort des délestages, en leur donnant une information de qualité à partir des données de la société de fourniture d’électricité. Pour le moins que l’on puisse dire, le projet a reçu des contributions intéressantes qui devront lui permettre d’évoluer et de prendre corps bientôt.   Leçon apprise. à chaque fois qu’il est question d’ouvrir des données, il y a à quelque part des réticences. Et les organisateurs de l’Open Data Day 2016 au Burkina ont bien fait d’inviter des professionnels et étudiants du domaine de la santé pour discuter de l’Open data et santé. Comme quoi, lorsque vous vous intéresser à un domaine, il est important d’associer dès le départ les professionnels du domaine pour savoir leurs craintes, leurs réticences et évoluer ensemble grâce à un débat constructif. Ils sont parfois les premiers alliés, soient en tant que producteurs de données, ou même bénéficiaires. Pour preuve? Le projet, nendo, présenté d’ailleurs lors de l’Open Data Day, pour lequel un particulier, professionnel du domaine a fourni les données qu’il avait sur l’éducation dans une commune donnée. IMG_20160305_163123 On retient, avec satisfaction que dans la vague mondiale de célébration de l’Open Data Day 2016 (257 évènements dans le monde!), ce samedi 5 mars, le Burkina Faso s’est fait compter. Article écrit par Justin Yarga

Dans la vague “Open Data Day 2016”

- March 19, 2016 in Beog-neere, Burkina Faso, General, International, odd16, Open burkina, Open Data Day 2016, Open Knowledge, Open Street Map

Untitled2 Une journée modeste mais riche. L’Open data day 2016 au Burkina a permis de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’écosystème et d’explorer de nouveaux domaines pour l’ouverture des données. Et cette fois, c’est le secteur de la santé qui était dans le viseur des militants de l’ouverture des données. Retour sur une journée d’échanges et débats passionnés autour de l’ouverture des données. Ambiance. Dans l’amphithéâtre de l’Institut supérieur privé polytechnique (ISPP) situé à un bout de la nouvelle ville (Ouaga 2000), l’ambiance est chaude ce samedi matin. L’amphi n’est pas remplie. Mais les discussions, passionnées par moment, du petit groupe qui occupe les lieux, font croire à un jour de cours. Une ambiance faite de passion, mais aussi de rires. Quand on discute haut et fort de données sur la santé, notamment où trouver ces données et qu’un participant inspiré vous suggère de chercher du côté des coopératives agricoles…. Imaginez. Bon, la parenthèse de l’Open Data et agriculture a été fermée sans qu’il ne se rende compte. Mais aussi, la confusion est facilement arrivée parce que l’ouverture des données au Burkina progresse d’un secteur à un autre, de l’agriculture à la santé. Bref. Nous sommes dans un pays, le premier dans l’Afrique francophone à s’engager dans un processus d’ouverture des données. Et il était important d’intéresser plus de monde à ce concept à la mode, l’Open Data.   Recap. La communauté open data du Burkina Faso a encore réussi un pari. Celui de conquérir de nouveaux secteurs d’activité et de nouvelles personnes dans le processus de l’ouverture des données. Le secteur de la santé et celui de l’énergie. La célébration de journée de l’ouverture des données s’est faite autour de ces thématiques et a dégagé de bonne perspective, notamment pour ce qui est de l’open data et énergie. Et si vous n’y étiez pas, voici un petit recap en deux points. PHOTO DE COUVERTURE FACEBOOK Qui étaient à la journée Open Data? L’un des objectifs en participant à l’Open Data Day était d’abord de faire connaître l’écosystème existant dans le domaine de l’Open data, permettre aux différents acteurs de se connaitre entre eux. Et ensuite de faire de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’ensemble de l’écosystème des données au Burkina Faso.   Les différentes structures présentes et actives dans le domaine de l’Open Data ont été présentées. En l’occurrence, il s’agit de l’Initiative pour un Burkina Ouvert (Open Burkina), Open Knowledge Foundation (OKFN) Burkina Faso, BEOG NEERE (For a better future), Geek Developers Network (GDN), Burkina Open Data Initiative (BODI), Open Street Map (OSM) et le Fablab Ouagalabs. Une bonne brochette représentative de ce que le pays compte de structures intéressées par l’ouverture des données. On peut dire que depuis la première rencontre tenue en avril 2014 à Jokkolabs, cette communauté a grandi et que l’écosystème de l’Open Data au Burkina se dessine. Il y avait également ce samedi des étudiants en médecine et des professionnels de la santé qui sont venus découvrir l’open data et contribuer au débat sur l’ouverture des données sur la santé.   De quoi a-t-on parlé? De l’importance de la data et des opportunités. La journée a commencé par une mise à niveau des participants. Une bonne partie des étudiants et professionnels de la santé découvrait pour la première fois le concept de l’open data, grâce à la communication introductive donnée par Idriss Tinto, ambassadeur Open Knowledge Foundation au Burkina Faso. La communication a surtout insister sur l’importance de l’ouverture des données pour la démocratie, avec l’exemple édifiant de open élection, pour le développement avec des perspectives et opportunités dans des domaines comme l’éducation, l’agriculture ou la santé. Après cette phase théorique, la journée s’est poursuivi avec des ateliers plus participatifs. Untitled De l’ouverture des données dans le secteur de la santé. Le premier atelier a porté sur l’open data et santé. Assez passionnant. L’idée derrière cet atelier était de présenter les opportunités offertes par l’Open Data dans la santé, d’identifier les données clés à récolter, de se pencher sur leur réutilisation et finalement de poser les jalons d’une stratégie pour l’ouverture des données dans le domaine de la santé. Les échanges ont fait voir de nombreuses opportunités possibles avec les données du domaine de la santé. Reste qu’ils ont aussi révélé une chose de très important: la réticence des acteurs du domaine de la santé, notamment les étudiants qui ont montré des craintes d’intrusion dans leur métier.   D’un projet citoyen basé sur la cartographie. Le second atelier de la journée a porté sur le projet de cartographie des délestages dans la ville de Ouagadougou. Ce projet porté par Open Burkina a été présenté aux participants. Un projet ambitieux qui veut permettre aux Ouagalais de s’adapter à l’inconfort des délestages, en leur donnant une information de qualité à partir des données de la société de fourniture d’électricité. Pour le moins que l’on puisse dire, le projet a reçu des contributions intéressantes qui devront lui permettre d’évoluer et de prendre corps bientôt.   Leçon apprise. à chaque fois qu’il est question d’ouvrir des données, il y a à quelque part des réticences. Et les organisateurs de l’Open Data Day 2016 au Burkina ont bien fait d’inviter des professionnels et étudiants du domaine de la santé pour discuter de l’Open data et santé. Comme quoi, lorsque vous vous intéresser à un domaine, il est important d’associer dès le départ les professionnels du domaine pour savoir leurs craintes, leurs réticences et évoluer ensemble grâce à un débat constructif. Ils sont parfois les premiers alliés, soient en tant que producteurs de données, ou même bénéficiaires. Pour preuve? Le projet, nendo, présenté d’ailleurs lors de l’Open Data Day, pour lequel un particulier, professionnel du domaine a fourni les données qu’il avait sur l’éducation dans une commune donnée. IMG_20160305_163123 On retient, avec satisfaction que dans la vague mondiale de célébration de l’Open Data Day 2016 (257 évènements dans le monde!), ce samedi 5 mars, le Burkina Faso s’est fait compter. Article écrit par Justin Yarga

Dans la vague “Open Data Day 2016”

- March 19, 2016 in Beog-neere, Burkina Faso, General, International, odd16, Open burkina, Open Data Day 2016, Open Knowledge, Open Street Map

Untitled2 Une journée modeste mais riche. L’Open data day 2016 au Burkina a permis de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’écosystème et d’explorer de nouveaux domaines pour l’ouverture des données. Et cette fois, c’est le secteur de la santé qui était dans le viseur des militants de l’ouverture des données. Retour sur une journée d’échanges et débats passionnés autour de l’ouverture des données. Ambiance. Dans l’amphithéâtre de l’Institut supérieur privé polytechnique (ISPP) situé à un bout de la nouvelle ville (Ouaga 2000), l’ambiance est chaude ce samedi matin. L’amphi n’est pas remplie. Mais les discussions, passionnées par moment, du petit groupe qui occupe les lieux, font croire à un jour de cours. Une ambiance faite de passion, mais aussi de rires. Quand on discute haut et fort de données sur la santé, notamment où trouver ces données et qu’un participant inspiré vous suggère de chercher du côté des coopératives agricoles…. Imaginez. Bon, la parenthèse de l’Open Data et agriculture a été fermée sans qu’il ne se rende compte. Mais aussi, la confusion est facilement arrivée parce que l’ouverture des données au Burkina progresse d’un secteur à un autre, de l’agriculture à la santé. Bref. Nous sommes dans un pays, le premier dans l’Afrique francophone à s’engager dans un processus d’ouverture des données. Et il était important d’intéresser plus de monde à ce concept à la mode, l’Open Data.   Recap. La communauté open data du Burkina Faso a encore réussi un pari. Celui de conquérir de nouveaux secteurs d’activité et de nouvelles personnes dans le processus de l’ouverture des données. Le secteur de la santé et celui de l’énergie. La célébration de journée de l’ouverture des données s’est faite autour de ces thématiques et a dégagé de bonne perspective, notamment pour ce qui est de l’open data et énergie. Et si vous n’y étiez pas, voici un petit recap en deux points. PHOTO DE COUVERTURE FACEBOOK Qui étaient à la journée Open Data? L’un des objectifs en participant à l’Open Data Day était d’abord de faire connaître l’écosystème existant dans le domaine de l’Open data, permettre aux différents acteurs de se connaitre entre eux. Et ensuite de faire de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’ensemble de l’écosystème des données au Burkina Faso.   Les différentes structures présentes et actives dans le domaine de l’Open Data ont été présentées. En l’occurrence, il s’agit de l’Initiative pour un Burkina Ouvert (Open Burkina), Open Knowledge Foundation (OKFN) Burkina Faso, BEOG NEERE (For a better future), Geek Developers Network (GDN), Burkina Open Data Initiative (BODI), Open Street Map (OSM) et le Fablab Ouagalabs. Une bonne brochette représentative de ce que le pays compte de structures intéressées par l’ouverture des données. On peut dire que depuis la première rencontre tenue en avril 2014 à Jokkolabs, cette communauté a grandi et que l’écosystème de l’Open Data au Burkina se dessine. Il y avait également ce samedi des étudiants en médecine et des professionnels de la santé qui sont venus découvrir l’open data et contribuer au débat sur l’ouverture des données sur la santé.   De quoi a-t-on parlé? De l’importance de la data et des opportunités. La journée a commencé par une mise à niveau des participants. Une bonne partie des étudiants et professionnels de la santé découvrait pour la première fois le concept de l’open data, grâce à la communication introductive donnée par Idriss Tinto, ambassadeur Open Knowledge Foundation au Burkina Faso. La communication a surtout insister sur l’importance de l’ouverture des données pour la démocratie, avec l’exemple édifiant de open élection, pour le développement avec des perspectives et opportunités dans des domaines comme l’éducation, l’agriculture ou la santé. Après cette phase théorique, la journée s’est poursuivi avec des ateliers plus participatifs. Untitled De l’ouverture des données dans le secteur de la santé. Le premier atelier a porté sur l’open data et santé. Assez passionnant. L’idée derrière cet atelier était de présenter les opportunités offertes par l’Open Data dans la santé, d’identifier les données clés à récolter, de se pencher sur leur réutilisation et finalement de poser les jalons d’une stratégie pour l’ouverture des données dans le domaine de la santé. Les échanges ont fait voir de nombreuses opportunités possibles avec les données du domaine de la santé. Reste qu’ils ont aussi révélé une chose de très important: la réticence des acteurs du domaine de la santé, notamment les étudiants qui ont montré des craintes d’intrusion dans leur métier.   D’un projet citoyen basé sur la cartographie. Le second atelier de la journée a porté sur le projet de cartographie des délestages dans la ville de Ouagadougou. Ce projet porté par Open Burkina a été présenté aux participants. Un projet ambitieux qui veut permettre aux Ouagalais de s’adapter à l’inconfort des délestages, en leur donnant une information de qualité à partir des données de la société de fourniture d’électricité. Pour le moins que l’on puisse dire, le projet a reçu des contributions intéressantes qui devront lui permettre d’évoluer et de prendre corps bientôt.   Leçon apprise. à chaque fois qu’il est question d’ouvrir des données, il y a à quelque part des réticences. Et les organisateurs de l’Open Data Day 2016 au Burkina ont bien fait d’inviter des professionnels et étudiants du domaine de la santé pour discuter de l’Open data et santé. Comme quoi, lorsque vous vous intéresser à un domaine, il est important d’associer dès le départ les professionnels du domaine pour savoir leurs craintes, leurs réticences et évoluer ensemble grâce à un débat constructif. Ils sont parfois les premiers alliés, soient en tant que producteurs de données, ou même bénéficiaires. Pour preuve? Le projet, nendo, présenté d’ailleurs lors de l’Open Data Day, pour lequel un particulier, professionnel du domaine a fourni les données qu’il avait sur l’éducation dans une commune donnée. IMG_20160305_163123 On retient, avec satisfaction que dans la vague mondiale de célébration de l’Open Data Day 2016 (257 évènements dans le monde!), ce samedi 5 mars, le Burkina Faso s’est fait compter. Article écrit par Justin Yarga

Dans la vague “Open Data Day 2016”

- March 19, 2016 in Beog-neere, Burkina Faso, General, International, odd16, Open burkina, Open Data Day 2016, Open Knowledge, Open Street Map

Untitled2 Une journée modeste mais riche. L’Open data day 2016 au Burkina a permis de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’écosystème et d’explorer de nouveaux domaines pour l’ouverture des données. Et cette fois, c’est le secteur de la santé qui était dans le viseur des militants de l’ouverture des données. Retour sur une journée d’échanges et débats passionnés autour de l’ouverture des données. Ambiance. Dans l’amphithéâtre de l’Institut supérieur privé polytechnique (ISPP) situé à un bout de la nouvelle ville (Ouaga 2000), l’ambiance est chaude ce samedi matin. L’amphi n’est pas remplie. Mais les discussions, passionnées par moment, du petit groupe qui occupe les lieux, font croire à un jour de cours. Une ambiance faite de passion, mais aussi de rires. Quand on discute haut et fort de données sur la santé, notamment où trouver ces données et qu’un participant inspiré vous suggère de chercher du côté des coopératives agricoles…. Imaginez. Bon, la parenthèse de l’Open Data et agriculture a été fermée sans qu’il ne se rende compte. Mais aussi, la confusion est facilement arrivée parce que l’ouverture des données au Burkina progresse d’un secteur à un autre, de l’agriculture à la santé. Bref. Nous sommes dans un pays, le premier dans l’Afrique francophone à s’engager dans un processus d’ouverture des données. Et il était important d’intéresser plus de monde à ce concept à la mode, l’Open Data.   Recap. La communauté open data du Burkina Faso a encore réussi un pari. Celui de conquérir de nouveaux secteurs d’activité et de nouvelles personnes dans le processus de l’ouverture des données. Le secteur de la santé et celui de l’énergie. La célébration de journée de l’ouverture des données s’est faite autour de ces thématiques et a dégagé de bonne perspective, notamment pour ce qui est de l’open data et énergie. Et si vous n’y étiez pas, voici un petit recap en deux points. PHOTO DE COUVERTURE FACEBOOK Qui étaient à la journée Open Data? L’un des objectifs en participant à l’Open Data Day était d’abord de faire connaître l’écosystème existant dans le domaine de l’Open data, permettre aux différents acteurs de se connaitre entre eux. Et ensuite de faire de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’ensemble de l’écosystème des données au Burkina Faso.   Les différentes structures présentes et actives dans le domaine de l’Open Data ont été présentées. En l’occurrence, il s’agit de l’Initiative pour un Burkina Ouvert (Open Burkina), Open Knowledge Foundation (OKFN) Burkina Faso, BEOG NEERE (For a better future), Geek Developers Network (GDN), Burkina Open Data Initiative (BODI), Open Street Map (OSM) et le Fablab Ouagalabs. Une bonne brochette représentative de ce que le pays compte de structures intéressées par l’ouverture des données. On peut dire que depuis la première rencontre tenue en avril 2014 à Jokkolabs, cette communauté a grandi et que l’écosystème de l’Open Data au Burkina se dessine. Il y avait également ce samedi des étudiants en médecine et des professionnels de la santé qui sont venus découvrir l’open data et contribuer au débat sur l’ouverture des données sur la santé.   De quoi a-t-on parlé? De l’importance de la data et des opportunités. La journée a commencé par une mise à niveau des participants. Une bonne partie des étudiants et professionnels de la santé découvrait pour la première fois le concept de l’open data, grâce à la communication introductive donnée par Idriss Tinto, ambassadeur Open Knowledge Foundation au Burkina Faso. La communication a surtout insister sur l’importance de l’ouverture des données pour la démocratie, avec l’exemple édifiant de open élection, pour le développement avec des perspectives et opportunités dans des domaines comme l’éducation, l’agriculture ou la santé. Après cette phase théorique, la journée s’est poursuivi avec des ateliers plus participatifs. Untitled De l’ouverture des données dans le secteur de la santé. Le premier atelier a porté sur l’open data et santé. Assez passionnant. L’idée derrière cet atelier était de présenter les opportunités offertes par l’Open Data dans la santé, d’identifier les données clés à récolter, de se pencher sur leur réutilisation et finalement de poser les jalons d’une stratégie pour l’ouverture des données dans le domaine de la santé. Les échanges ont fait voir de nombreuses opportunités possibles avec les données du domaine de la santé. Reste qu’ils ont aussi révélé une chose de très important: la réticence des acteurs du domaine de la santé, notamment les étudiants qui ont montré des craintes d’intrusion dans leur métier.   D’un projet citoyen basé sur la cartographie. Le second atelier de la journée a porté sur le projet de cartographie des délestages dans la ville de Ouagadougou. Ce projet porté par Open Burkina a été présenté aux participants. Un projet ambitieux qui veut permettre aux Ouagalais de s’adapter à l’inconfort des délestages, en leur donnant une information de qualité à partir des données de la société de fourniture d’électricité. Pour le moins que l’on puisse dire, le projet a reçu des contributions intéressantes qui devront lui permettre d’évoluer et de prendre corps bientôt.   Leçon apprise. à chaque fois qu’il est question d’ouvrir des données, il y a à quelque part des réticences. Et les organisateurs de l’Open Data Day 2016 au Burkina ont bien fait d’inviter des professionnels et étudiants du domaine de la santé pour discuter de l’Open data et santé. Comme quoi, lorsque vous vous intéresser à un domaine, il est important d’associer dès le départ les professionnels du domaine pour savoir leurs craintes, leurs réticences et évoluer ensemble grâce à un débat constructif. Ils sont parfois les premiers alliés, soient en tant que producteurs de données, ou même bénéficiaires. Pour preuve? Le projet, nendo, présenté d’ailleurs lors de l’Open Data Day, pour lequel un particulier, professionnel du domaine a fourni les données qu’il avait sur l’éducation dans une commune donnée. IMG_20160305_163123 On retient, avec satisfaction que dans la vague mondiale de célébration de l’Open Data Day 2016 (257 évènements dans le monde!), ce samedi 5 mars, le Burkina Faso s’est fait compter. Article écrit par Justin Yarga