You are browsing the archive for Open Street Map.

Dans la vague “Open Data Day 2016”

- March 19, 2016 in Beog-neere, Burkina Faso, General, International, odd16, Open burkina, Open Data Day 2016, Open Knowledge, Open Street Map

Untitled2 Une journée modeste mais riche. L’Open data day 2016 au Burkina a permis de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’écosystème et d’explorer de nouveaux domaines pour l’ouverture des données. Et cette fois, c’est le secteur de la santé qui était dans le viseur des militants de l’ouverture des données. Retour sur une journée d’échanges et débats passionnés autour de l’ouverture des données. Ambiance. Dans l’amphithéâtre de l’Institut supérieur privé polytechnique (ISPP) situé à un bout de la nouvelle ville (Ouaga 2000), l’ambiance est chaude ce samedi matin. L’amphi n’est pas remplie. Mais les discussions, passionnées par moment, du petit groupe qui occupe les lieux, font croire à un jour de cours. Une ambiance faite de passion, mais aussi de rires. Quand on discute haut et fort de données sur la santé, notamment où trouver ces données et qu’un participant inspiré vous suggère de chercher du côté des coopératives agricoles…. Imaginez. Bon, la parenthèse de l’Open Data et agriculture a été fermée sans qu’il ne se rende compte. Mais aussi, la confusion est facilement arrivée parce que l’ouverture des données au Burkina progresse d’un secteur à un autre, de l’agriculture à la santé. Bref. Nous sommes dans un pays, le premier dans l’Afrique francophone à s’engager dans un processus d’ouverture des données. Et il était important d’intéresser plus de monde à ce concept à la mode, l’Open Data.   Recap. La communauté open data du Burkina Faso a encore réussi un pari. Celui de conquérir de nouveaux secteurs d’activité et de nouvelles personnes dans le processus de l’ouverture des données. Le secteur de la santé et celui de l’énergie. La célébration de journée de l’ouverture des données s’est faite autour de ces thématiques et a dégagé de bonne perspective, notamment pour ce qui est de l’open data et énergie. Et si vous n’y étiez pas, voici un petit recap en deux points. PHOTO DE COUVERTURE FACEBOOK Qui étaient à la journée Open Data? L’un des objectifs en participant à l’Open Data Day était d’abord de faire connaître l’écosystème existant dans le domaine de l’Open data, permettre aux différents acteurs de se connaitre entre eux. Et ensuite de faire de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’ensemble de l’écosystème des données au Burkina Faso.   Les différentes structures présentes et actives dans le domaine de l’Open Data ont été présentées. En l’occurrence, il s’agit de l’Initiative pour un Burkina Ouvert (Open Burkina), Open Knowledge Foundation (OKFN) Burkina Faso, BEOG NEERE (For a better future), Geek Developers Network (GDN), Burkina Open Data Initiative (BODI), Open Street Map (OSM) et le Fablab Ouagalabs. Une bonne brochette représentative de ce que le pays compte de structures intéressées par l’ouverture des données. On peut dire que depuis la première rencontre tenue en avril 2014 à Jokkolabs, cette communauté a grandi et que l’écosystème de l’Open Data au Burkina se dessine. Il y avait également ce samedi des étudiants en médecine et des professionnels de la santé qui sont venus découvrir l’open data et contribuer au débat sur l’ouverture des données sur la santé.   De quoi a-t-on parlé? De l’importance de la data et des opportunités. La journée a commencé par une mise à niveau des participants. Une bonne partie des étudiants et professionnels de la santé découvrait pour la première fois le concept de l’open data, grâce à la communication introductive donnée par Idriss Tinto, ambassadeur Open Knowledge Foundation au Burkina Faso. La communication a surtout insister sur l’importance de l’ouverture des données pour la démocratie, avec l’exemple édifiant de open élection, pour le développement avec des perspectives et opportunités dans des domaines comme l’éducation, l’agriculture ou la santé. Après cette phase théorique, la journée s’est poursuivi avec des ateliers plus participatifs. Untitled De l’ouverture des données dans le secteur de la santé. Le premier atelier a porté sur l’open data et santé. Assez passionnant. L’idée derrière cet atelier était de présenter les opportunités offertes par l’Open Data dans la santé, d’identifier les données clés à récolter, de se pencher sur leur réutilisation et finalement de poser les jalons d’une stratégie pour l’ouverture des données dans le domaine de la santé. Les échanges ont fait voir de nombreuses opportunités possibles avec les données du domaine de la santé. Reste qu’ils ont aussi révélé une chose de très important: la réticence des acteurs du domaine de la santé, notamment les étudiants qui ont montré des craintes d’intrusion dans leur métier.   D’un projet citoyen basé sur la cartographie. Le second atelier de la journée a porté sur le projet de cartographie des délestages dans la ville de Ouagadougou. Ce projet porté par Open Burkina a été présenté aux participants. Un projet ambitieux qui veut permettre aux Ouagalais de s’adapter à l’inconfort des délestages, en leur donnant une information de qualité à partir des données de la société de fourniture d’électricité. Pour le moins que l’on puisse dire, le projet a reçu des contributions intéressantes qui devront lui permettre d’évoluer et de prendre corps bientôt.   Leçon apprise. à chaque fois qu’il est question d’ouvrir des données, il y a à quelque part des réticences. Et les organisateurs de l’Open Data Day 2016 au Burkina ont bien fait d’inviter des professionnels et étudiants du domaine de la santé pour discuter de l’Open data et santé. Comme quoi, lorsque vous vous intéresser à un domaine, il est important d’associer dès le départ les professionnels du domaine pour savoir leurs craintes, leurs réticences et évoluer ensemble grâce à un débat constructif. Ils sont parfois les premiers alliés, soient en tant que producteurs de données, ou même bénéficiaires. Pour preuve? Le projet, nendo, présenté d’ailleurs lors de l’Open Data Day, pour lequel un particulier, professionnel du domaine a fourni les données qu’il avait sur l’éducation dans une commune donnée. IMG_20160305_163123 On retient, avec satisfaction que dans la vague mondiale de célébration de l’Open Data Day 2016 (257 évènements dans le monde!), ce samedi 5 mars, le Burkina Faso s’est fait compter. Article écrit par Justin Yarga

Dans la vague “Open Data Day 2016”

- March 19, 2016 in Beog-neere, Burkina Faso, General, International, odd16, Open burkina, Open Data Day 2016, Open Knowledge, Open Street Map

Untitled2 Une journée modeste mais riche. L’Open data day 2016 au Burkina a permis de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’écosystème et d’explorer de nouveaux domaines pour l’ouverture des données. Et cette fois, c’est le secteur de la santé qui était dans le viseur des militants de l’ouverture des données. Retour sur une journée d’échanges et débats passionnés autour de l’ouverture des données. Ambiance. Dans l’amphithéâtre de l’Institut supérieur privé polytechnique (ISPP) situé à un bout de la nouvelle ville (Ouaga 2000), l’ambiance est chaude ce samedi matin. L’amphi n’est pas remplie. Mais les discussions, passionnées par moment, du petit groupe qui occupe les lieux, font croire à un jour de cours. Une ambiance faite de passion, mais aussi de rires. Quand on discute haut et fort de données sur la santé, notamment où trouver ces données et qu’un participant inspiré vous suggère de chercher du côté des coopératives agricoles…. Imaginez. Bon, la parenthèse de l’Open Data et agriculture a été fermée sans qu’il ne se rende compte. Mais aussi, la confusion est facilement arrivée parce que l’ouverture des données au Burkina progresse d’un secteur à un autre, de l’agriculture à la santé. Bref. Nous sommes dans un pays, le premier dans l’Afrique francophone à s’engager dans un processus d’ouverture des données. Et il était important d’intéresser plus de monde à ce concept à la mode, l’Open Data.   Recap. La communauté open data du Burkina Faso a encore réussi un pari. Celui de conquérir de nouveaux secteurs d’activité et de nouvelles personnes dans le processus de l’ouverture des données. Le secteur de la santé et celui de l’énergie. La célébration de journée de l’ouverture des données s’est faite autour de ces thématiques et a dégagé de bonne perspective, notamment pour ce qui est de l’open data et énergie. Et si vous n’y étiez pas, voici un petit recap en deux points. PHOTO DE COUVERTURE FACEBOOK Qui étaient à la journée Open Data? L’un des objectifs en participant à l’Open Data Day était d’abord de faire connaître l’écosystème existant dans le domaine de l’Open data, permettre aux différents acteurs de se connaitre entre eux. Et ensuite de faire de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’ensemble de l’écosystème des données au Burkina Faso.   Les différentes structures présentes et actives dans le domaine de l’Open Data ont été présentées. En l’occurrence, il s’agit de l’Initiative pour un Burkina Ouvert (Open Burkina), Open Knowledge Foundation (OKFN) Burkina Faso, BEOG NEERE (For a better future), Geek Developers Network (GDN), Burkina Open Data Initiative (BODI), Open Street Map (OSM) et le Fablab Ouagalabs. Une bonne brochette représentative de ce que le pays compte de structures intéressées par l’ouverture des données. On peut dire que depuis la première rencontre tenue en avril 2014 à Jokkolabs, cette communauté a grandi et que l’écosystème de l’Open Data au Burkina se dessine. Il y avait également ce samedi des étudiants en médecine et des professionnels de la santé qui sont venus découvrir l’open data et contribuer au débat sur l’ouverture des données sur la santé.   De quoi a-t-on parlé? De l’importance de la data et des opportunités. La journée a commencé par une mise à niveau des participants. Une bonne partie des étudiants et professionnels de la santé découvrait pour la première fois le concept de l’open data, grâce à la communication introductive donnée par Idriss Tinto, ambassadeur Open Knowledge Foundation au Burkina Faso. La communication a surtout insister sur l’importance de l’ouverture des données pour la démocratie, avec l’exemple édifiant de open élection, pour le développement avec des perspectives et opportunités dans des domaines comme l’éducation, l’agriculture ou la santé. Après cette phase théorique, la journée s’est poursuivi avec des ateliers plus participatifs. Untitled De l’ouverture des données dans le secteur de la santé. Le premier atelier a porté sur l’open data et santé. Assez passionnant. L’idée derrière cet atelier était de présenter les opportunités offertes par l’Open Data dans la santé, d’identifier les données clés à récolter, de se pencher sur leur réutilisation et finalement de poser les jalons d’une stratégie pour l’ouverture des données dans le domaine de la santé. Les échanges ont fait voir de nombreuses opportunités possibles avec les données du domaine de la santé. Reste qu’ils ont aussi révélé une chose de très important: la réticence des acteurs du domaine de la santé, notamment les étudiants qui ont montré des craintes d’intrusion dans leur métier.   D’un projet citoyen basé sur la cartographie. Le second atelier de la journée a porté sur le projet de cartographie des délestages dans la ville de Ouagadougou. Ce projet porté par Open Burkina a été présenté aux participants. Un projet ambitieux qui veut permettre aux Ouagalais de s’adapter à l’inconfort des délestages, en leur donnant une information de qualité à partir des données de la société de fourniture d’électricité. Pour le moins que l’on puisse dire, le projet a reçu des contributions intéressantes qui devront lui permettre d’évoluer et de prendre corps bientôt.   Leçon apprise. à chaque fois qu’il est question d’ouvrir des données, il y a à quelque part des réticences. Et les organisateurs de l’Open Data Day 2016 au Burkina ont bien fait d’inviter des professionnels et étudiants du domaine de la santé pour discuter de l’Open data et santé. Comme quoi, lorsque vous vous intéresser à un domaine, il est important d’associer dès le départ les professionnels du domaine pour savoir leurs craintes, leurs réticences et évoluer ensemble grâce à un débat constructif. Ils sont parfois les premiers alliés, soient en tant que producteurs de données, ou même bénéficiaires. Pour preuve? Le projet, nendo, présenté d’ailleurs lors de l’Open Data Day, pour lequel un particulier, professionnel du domaine a fourni les données qu’il avait sur l’éducation dans une commune donnée. IMG_20160305_163123 On retient, avec satisfaction que dans la vague mondiale de célébration de l’Open Data Day 2016 (257 évènements dans le monde!), ce samedi 5 mars, le Burkina Faso s’est fait compter. Article écrit par Justin Yarga

Dans la vague “Open Data Day 2016”

- March 19, 2016 in Beog-neere, Burkina Faso, General, International, odd16, Open burkina, Open Data Day 2016, Open Knowledge, Open Street Map

Untitled2 Une journée modeste mais riche. L’Open data day 2016 au Burkina a permis de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’écosystème et d’explorer de nouveaux domaines pour l’ouverture des données. Et cette fois, c’est le secteur de la santé qui était dans le viseur des militants de l’ouverture des données. Retour sur une journée d’échanges et débats passionnés autour de l’ouverture des données. Ambiance. Dans l’amphithéâtre de l’Institut supérieur privé polytechnique (ISPP) situé à un bout de la nouvelle ville (Ouaga 2000), l’ambiance est chaude ce samedi matin. L’amphi n’est pas remplie. Mais les discussions, passionnées par moment, du petit groupe qui occupe les lieux, font croire à un jour de cours. Une ambiance faite de passion, mais aussi de rires. Quand on discute haut et fort de données sur la santé, notamment où trouver ces données et qu’un participant inspiré vous suggère de chercher du côté des coopératives agricoles…. Imaginez. Bon, la parenthèse de l’Open Data et agriculture a été fermée sans qu’il ne se rende compte. Mais aussi, la confusion est facilement arrivée parce que l’ouverture des données au Burkina progresse d’un secteur à un autre, de l’agriculture à la santé. Bref. Nous sommes dans un pays, le premier dans l’Afrique francophone à s’engager dans un processus d’ouverture des données. Et il était important d’intéresser plus de monde à ce concept à la mode, l’Open Data.   Recap. La communauté open data du Burkina Faso a encore réussi un pari. Celui de conquérir de nouveaux secteurs d’activité et de nouvelles personnes dans le processus de l’ouverture des données. Le secteur de la santé et celui de l’énergie. La célébration de journée de l’ouverture des données s’est faite autour de ces thématiques et a dégagé de bonne perspective, notamment pour ce qui est de l’open data et énergie. Et si vous n’y étiez pas, voici un petit recap en deux points. PHOTO DE COUVERTURE FACEBOOK Qui étaient à la journée Open Data? L’un des objectifs en participant à l’Open Data Day était d’abord de faire connaître l’écosystème existant dans le domaine de l’Open data, permettre aux différents acteurs de se connaitre entre eux. Et ensuite de faire de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’ensemble de l’écosystème des données au Burkina Faso.   Les différentes structures présentes et actives dans le domaine de l’Open Data ont été présentées. En l’occurrence, il s’agit de l’Initiative pour un Burkina Ouvert (Open Burkina), Open Knowledge Foundation (OKFN) Burkina Faso, BEOG NEERE (For a better future), Geek Developers Network (GDN), Burkina Open Data Initiative (BODI), Open Street Map (OSM) et le Fablab Ouagalabs. Une bonne brochette représentative de ce que le pays compte de structures intéressées par l’ouverture des données. On peut dire que depuis la première rencontre tenue en avril 2014 à Jokkolabs, cette communauté a grandi et que l’écosystème de l’Open Data au Burkina se dessine. Il y avait également ce samedi des étudiants en médecine et des professionnels de la santé qui sont venus découvrir l’open data et contribuer au débat sur l’ouverture des données sur la santé.   De quoi a-t-on parlé? De l’importance de la data et des opportunités. La journée a commencé par une mise à niveau des participants. Une bonne partie des étudiants et professionnels de la santé découvrait pour la première fois le concept de l’open data, grâce à la communication introductive donnée par Idriss Tinto, ambassadeur Open Knowledge Foundation au Burkina Faso. La communication a surtout insister sur l’importance de l’ouverture des données pour la démocratie, avec l’exemple édifiant de open élection, pour le développement avec des perspectives et opportunités dans des domaines comme l’éducation, l’agriculture ou la santé. Après cette phase théorique, la journée s’est poursuivi avec des ateliers plus participatifs. Untitled De l’ouverture des données dans le secteur de la santé. Le premier atelier a porté sur l’open data et santé. Assez passionnant. L’idée derrière cet atelier était de présenter les opportunités offertes par l’Open Data dans la santé, d’identifier les données clés à récolter, de se pencher sur leur réutilisation et finalement de poser les jalons d’une stratégie pour l’ouverture des données dans le domaine de la santé. Les échanges ont fait voir de nombreuses opportunités possibles avec les données du domaine de la santé. Reste qu’ils ont aussi révélé une chose de très important: la réticence des acteurs du domaine de la santé, notamment les étudiants qui ont montré des craintes d’intrusion dans leur métier.   D’un projet citoyen basé sur la cartographie. Le second atelier de la journée a porté sur le projet de cartographie des délestages dans la ville de Ouagadougou. Ce projet porté par Open Burkina a été présenté aux participants. Un projet ambitieux qui veut permettre aux Ouagalais de s’adapter à l’inconfort des délestages, en leur donnant une information de qualité à partir des données de la société de fourniture d’électricité. Pour le moins que l’on puisse dire, le projet a reçu des contributions intéressantes qui devront lui permettre d’évoluer et de prendre corps bientôt.   Leçon apprise. à chaque fois qu’il est question d’ouvrir des données, il y a à quelque part des réticences. Et les organisateurs de l’Open Data Day 2016 au Burkina ont bien fait d’inviter des professionnels et étudiants du domaine de la santé pour discuter de l’Open data et santé. Comme quoi, lorsque vous vous intéresser à un domaine, il est important d’associer dès le départ les professionnels du domaine pour savoir leurs craintes, leurs réticences et évoluer ensemble grâce à un débat constructif. Ils sont parfois les premiers alliés, soient en tant que producteurs de données, ou même bénéficiaires. Pour preuve? Le projet, nendo, présenté d’ailleurs lors de l’Open Data Day, pour lequel un particulier, professionnel du domaine a fourni les données qu’il avait sur l’éducation dans une commune donnée. IMG_20160305_163123 On retient, avec satisfaction que dans la vague mondiale de célébration de l’Open Data Day 2016 (257 évènements dans le monde!), ce samedi 5 mars, le Burkina Faso s’est fait compter. Article écrit par Justin Yarga

Dans la vague “Open Data Day 2016”

- March 19, 2016 in Beog-neere, Burkina Faso, General, International, odd16, Open burkina, Open Data Day 2016, Open Knowledge, Open Street Map

Untitled2 Une journée modeste mais riche. L’Open data day 2016 au Burkina a permis de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’écosystème et d’explorer de nouveaux domaines pour l’ouverture des données. Et cette fois, c’est le secteur de la santé qui était dans le viseur des militants de l’ouverture des données. Retour sur une journée d’échanges et débats passionnés autour de l’ouverture des données. Ambiance. Dans l’amphithéâtre de l’Institut supérieur privé polytechnique (ISPP) situé à un bout de la nouvelle ville (Ouaga 2000), l’ambiance est chaude ce samedi matin. L’amphi n’est pas remplie. Mais les discussions, passionnées par moment, du petit groupe qui occupe les lieux, font croire à un jour de cours. Une ambiance faite de passion, mais aussi de rires. Quand on discute haut et fort de données sur la santé, notamment où trouver ces données et qu’un participant inspiré vous suggère de chercher du côté des coopératives agricoles…. Imaginez. Bon, la parenthèse de l’Open Data et agriculture a été fermée sans qu’il ne se rende compte. Mais aussi, la confusion est facilement arrivée parce que l’ouverture des données au Burkina progresse d’un secteur à un autre, de l’agriculture à la santé. Bref. Nous sommes dans un pays, le premier dans l’Afrique francophone à s’engager dans un processus d’ouverture des données. Et il était important d’intéresser plus de monde à ce concept à la mode, l’Open Data.   Recap. La communauté open data du Burkina Faso a encore réussi un pari. Celui de conquérir de nouveaux secteurs d’activité et de nouvelles personnes dans le processus de l’ouverture des données. Le secteur de la santé et celui de l’énergie. La célébration de journée de l’ouverture des données s’est faite autour de ces thématiques et a dégagé de bonne perspective, notamment pour ce qui est de l’open data et énergie. Et si vous n’y étiez pas, voici un petit recap en deux points. PHOTO DE COUVERTURE FACEBOOK Qui étaient à la journée Open Data? L’un des objectifs en participant à l’Open Data Day était d’abord de faire connaître l’écosystème existant dans le domaine de l’Open data, permettre aux différents acteurs de se connaitre entre eux. Et ensuite de faire de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’ensemble de l’écosystème des données au Burkina Faso.   Les différentes structures présentes et actives dans le domaine de l’Open Data ont été présentées. En l’occurrence, il s’agit de l’Initiative pour un Burkina Ouvert (Open Burkina), Open Knowledge Foundation (OKFN) Burkina Faso, BEOG NEERE (For a better future), Geek Developers Network (GDN), Burkina Open Data Initiative (BODI), Open Street Map (OSM) et le Fablab Ouagalabs. Une bonne brochette représentative de ce que le pays compte de structures intéressées par l’ouverture des données. On peut dire que depuis la première rencontre tenue en avril 2014 à Jokkolabs, cette communauté a grandi et que l’écosystème de l’Open Data au Burkina se dessine. Il y avait également ce samedi des étudiants en médecine et des professionnels de la santé qui sont venus découvrir l’open data et contribuer au débat sur l’ouverture des données sur la santé.   De quoi a-t-on parlé? De l’importance de la data et des opportunités. La journée a commencé par une mise à niveau des participants. Une bonne partie des étudiants et professionnels de la santé découvrait pour la première fois le concept de l’open data, grâce à la communication introductive donnée par Idriss Tinto, ambassadeur Open Knowledge Foundation au Burkina Faso. La communication a surtout insister sur l’importance de l’ouverture des données pour la démocratie, avec l’exemple édifiant de open élection, pour le développement avec des perspectives et opportunités dans des domaines comme l’éducation, l’agriculture ou la santé. Après cette phase théorique, la journée s’est poursuivi avec des ateliers plus participatifs. Untitled De l’ouverture des données dans le secteur de la santé. Le premier atelier a porté sur l’open data et santé. Assez passionnant. L’idée derrière cet atelier était de présenter les opportunités offertes par l’Open Data dans la santé, d’identifier les données clés à récolter, de se pencher sur leur réutilisation et finalement de poser les jalons d’une stratégie pour l’ouverture des données dans le domaine de la santé. Les échanges ont fait voir de nombreuses opportunités possibles avec les données du domaine de la santé. Reste qu’ils ont aussi révélé une chose de très important: la réticence des acteurs du domaine de la santé, notamment les étudiants qui ont montré des craintes d’intrusion dans leur métier.   D’un projet citoyen basé sur la cartographie. Le second atelier de la journée a porté sur le projet de cartographie des délestages dans la ville de Ouagadougou. Ce projet porté par Open Burkina a été présenté aux participants. Un projet ambitieux qui veut permettre aux Ouagalais de s’adapter à l’inconfort des délestages, en leur donnant une information de qualité à partir des données de la société de fourniture d’électricité. Pour le moins que l’on puisse dire, le projet a reçu des contributions intéressantes qui devront lui permettre d’évoluer et de prendre corps bientôt.   Leçon apprise. à chaque fois qu’il est question d’ouvrir des données, il y a à quelque part des réticences. Et les organisateurs de l’Open Data Day 2016 au Burkina ont bien fait d’inviter des professionnels et étudiants du domaine de la santé pour discuter de l’Open data et santé. Comme quoi, lorsque vous vous intéresser à un domaine, il est important d’associer dès le départ les professionnels du domaine pour savoir leurs craintes, leurs réticences et évoluer ensemble grâce à un débat constructif. Ils sont parfois les premiers alliés, soient en tant que producteurs de données, ou même bénéficiaires. Pour preuve? Le projet, nendo, présenté d’ailleurs lors de l’Open Data Day, pour lequel un particulier, professionnel du domaine a fourni les données qu’il avait sur l’éducation dans une commune donnée. IMG_20160305_163123 On retient, avec satisfaction que dans la vague mondiale de célébration de l’Open Data Day 2016 (257 évènements dans le monde!), ce samedi 5 mars, le Burkina Faso s’est fait compter. Article écrit par Justin Yarga

Dans la vague “Open Data Day 2016”

- March 19, 2016 in Beog-neere, Burkina Faso, General, International, odd16, Open burkina, Open Data Day 2016, Open Knowledge, Open Street Map

Untitled2 Une journée modeste mais riche. L’Open data day 2016 au Burkina a permis de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’écosystème et d’explorer de nouveaux domaines pour l’ouverture des données. Et cette fois, c’est le secteur de la santé qui était dans le viseur des militants de l’ouverture des données. Retour sur une journée d’échanges et débats passionnés autour de l’ouverture des données. Ambiance. Dans l’amphithéâtre de l’Institut supérieur privé polytechnique (ISPP) situé à un bout de la nouvelle ville (Ouaga 2000), l’ambiance est chaude ce samedi matin. L’amphi n’est pas remplie. Mais les discussions, passionnées par moment, du petit groupe qui occupe les lieux, font croire à un jour de cours. Une ambiance faite de passion, mais aussi de rires. Quand on discute haut et fort de données sur la santé, notamment où trouver ces données et qu’un participant inspiré vous suggère de chercher du côté des coopératives agricoles…. Imaginez. Bon, la parenthèse de l’Open Data et agriculture a été fermée sans qu’il ne se rende compte. Mais aussi, la confusion est facilement arrivée parce que l’ouverture des données au Burkina progresse d’un secteur à un autre, de l’agriculture à la santé. Bref. Nous sommes dans un pays, le premier dans l’Afrique francophone à s’engager dans un processus d’ouverture des données. Et il était important d’intéresser plus de monde à ce concept à la mode, l’Open Data.   Recap. La communauté open data du Burkina Faso a encore réussi un pari. Celui de conquérir de nouveaux secteurs d’activité et de nouvelles personnes dans le processus de l’ouverture des données. Le secteur de la santé et celui de l’énergie. La célébration de journée de l’ouverture des données s’est faite autour de ces thématiques et a dégagé de bonne perspective, notamment pour ce qui est de l’open data et énergie. Et si vous n’y étiez pas, voici un petit recap en deux points. PHOTO DE COUVERTURE FACEBOOK Qui étaient à la journée Open Data? L’un des objectifs en participant à l’Open Data Day était d’abord de faire connaître l’écosystème existant dans le domaine de l’Open data, permettre aux différents acteurs de se connaitre entre eux. Et ensuite de faire de faire progresser l’appropriation de l’open data par l’ensemble de l’écosystème des données au Burkina Faso.   Les différentes structures présentes et actives dans le domaine de l’Open Data ont été présentées. En l’occurrence, il s’agit de l’Initiative pour un Burkina Ouvert (Open Burkina), Open Knowledge Foundation (OKFN) Burkina Faso, BEOG NEERE (For a better future), Geek Developers Network (GDN), Burkina Open Data Initiative (BODI), Open Street Map (OSM) et le Fablab Ouagalabs. Une bonne brochette représentative de ce que le pays compte de structures intéressées par l’ouverture des données. On peut dire que depuis la première rencontre tenue en avril 2014 à Jokkolabs, cette communauté a grandi et que l’écosystème de l’Open Data au Burkina se dessine. Il y avait également ce samedi des étudiants en médecine et des professionnels de la santé qui sont venus découvrir l’open data et contribuer au débat sur l’ouverture des données sur la santé.   De quoi a-t-on parlé? De l’importance de la data et des opportunités. La journée a commencé par une mise à niveau des participants. Une bonne partie des étudiants et professionnels de la santé découvrait pour la première fois le concept de l’open data, grâce à la communication introductive donnée par Idriss Tinto, ambassadeur Open Knowledge Foundation au Burkina Faso. La communication a surtout insister sur l’importance de l’ouverture des données pour la démocratie, avec l’exemple édifiant de open élection, pour le développement avec des perspectives et opportunités dans des domaines comme l’éducation, l’agriculture ou la santé. Après cette phase théorique, la journée s’est poursuivi avec des ateliers plus participatifs. Untitled De l’ouverture des données dans le secteur de la santé. Le premier atelier a porté sur l’open data et santé. Assez passionnant. L’idée derrière cet atelier était de présenter les opportunités offertes par l’Open Data dans la santé, d’identifier les données clés à récolter, de se pencher sur leur réutilisation et finalement de poser les jalons d’une stratégie pour l’ouverture des données dans le domaine de la santé. Les échanges ont fait voir de nombreuses opportunités possibles avec les données du domaine de la santé. Reste qu’ils ont aussi révélé une chose de très important: la réticence des acteurs du domaine de la santé, notamment les étudiants qui ont montré des craintes d’intrusion dans leur métier.   D’un projet citoyen basé sur la cartographie. Le second atelier de la journée a porté sur le projet de cartographie des délestages dans la ville de Ouagadougou. Ce projet porté par Open Burkina a été présenté aux participants. Un projet ambitieux qui veut permettre aux Ouagalais de s’adapter à l’inconfort des délestages, en leur donnant une information de qualité à partir des données de la société de fourniture d’électricité. Pour le moins que l’on puisse dire, le projet a reçu des contributions intéressantes qui devront lui permettre d’évoluer et de prendre corps bientôt.   Leçon apprise. à chaque fois qu’il est question d’ouvrir des données, il y a à quelque part des réticences. Et les organisateurs de l’Open Data Day 2016 au Burkina ont bien fait d’inviter des professionnels et étudiants du domaine de la santé pour discuter de l’Open data et santé. Comme quoi, lorsque vous vous intéresser à un domaine, il est important d’associer dès le départ les professionnels du domaine pour savoir leurs craintes, leurs réticences et évoluer ensemble grâce à un débat constructif. Ils sont parfois les premiers alliés, soient en tant que producteurs de données, ou même bénéficiaires. Pour preuve? Le projet, nendo, présenté d’ailleurs lors de l’Open Data Day, pour lequel un particulier, professionnel du domaine a fourni les données qu’il avait sur l’éducation dans une commune donnée. IMG_20160305_163123 On retient, avec satisfaction que dans la vague mondiale de célébration de l’Open Data Day 2016 (257 évènements dans le monde!), ce samedi 5 mars, le Burkina Faso s’est fait compter. Article écrit par Justin Yarga

« Open Washing » : la différence entre ouvrir vos données ou simplement y donner accès

- March 19, 2014 in api, google maps, licence ouverte, Open Data, Open Definition, Open Street Map

(Cet article est la version française, dérivée de la version anglaise, “Open-washing” – The difference between opening your data and simply making them available publié par Christian Villum sur le blog de l’OKF. Il a été traduit et adapté dans sa version française par Samuel Azoulay, Samuel Goëta et François Roels.

Le 3 février 2014, le service de vélos en libre service parisien Vélib se réjouissait sur son blog d’ « une nouvelle utilisation de l’open data Velib« . En effet, le travail d’Etienne Côme avec les données origine/destination des trajets donne à voir le trafic cyclable à Paris sous un nouveau jour. Sauf que vous pouvez chercher longtemps les données sur le site developer.jcdecaux.com, elles n’y sont pas et n’y ont jamais été. Les données proviennent en effet d’un partenariat de recherche.

Capture d’écran 2014-03-18 à 12.22.23

…qui n’utilise pas l’open data de Velib !

Récemment aussi, Open Street Map remarquait que La Poste communiquait beaucoup sur l’open data alors que seulement deux jeux de données sont en ligne : la liste des bureaux de poste et espaces de retrait Colissimo ainsi que leurs horaires d’ouverture. A l’occasion d’un concours de services open data, de nouvelles données ont été mises à disposition des participants mais uniquement pour la durée de l’évenement ; il était même interdit de les utiliser par la suite.

Enfin, le 14 mars, un article de 01Net annonçait que la Banque Publique d’Investissement (BPI) allait ouvrir ses données. Pourtant, le site « Le Lab »  qui donne accès à « 578 études, enquêtes et séries statistiques » ne présente principalement que des fichiers PDF souvent accessibles uniquement via une interface en flash, une technologie pas des plus ouvertes. Toujours sur ce site, la Banque se réjouit que « Bpifrance est ainsi la première banque française à initier une démarche « d’open data » mais « dans un environnement parfaitement sécurisé ». En effet, pour accéder aux données, il faut montrer patte blanche : appartenir à une institution scientifique, proposer une analyse nouvelle et traiter de la thématique des PME.

Cette manière très particulière de fournir des données nous amène au problème auquel nous faisons face : connaître la différence entre rendre les données accessibles et les rendre ouvertes. Cela rejoint un argument très récurrent qui consiste à considérer que Google Maps fait de l’open data puisque le service fournit une interface de programmation (API). Les données ouvertes ne sont pas seulement caractérisées par leur disponibilité mais par le double fait qu’elles sont légalement ouvertes (fournies sous une licence ouverte qui autorise une réutilisation libre et entière, avec au plus la mention de la source et la même licence) et techniquement disponibles dans des formats bruts et lisibles par les machines – au contraire de ce que propose Google Maps. Leurs données sont peut-être disponibles mais elles ne sont pas ouvertes. Voici pourquoi – entre autres raisons – la communauté autour de l’alternative 100% ouverte Open Street Map croît rapidement et pourquoi un nombre croissant d’entreprises choisissent de baser leurs services sur cette initiative ouverte. Mais pourquoi est-il si important que les données soient ouvertes et pas seulement accessibles ? Les données ouvertes consolident la société et constituent une ressource partagée où tous les citoyens et les entreprises s’enrichissent et se renforcent, et pas seulement les collecteurs de données et leurs diffuseurs. « Mais pourquoi les entreprises dépenseraient de l’argent à collecter des données pour ensuite les abandonner ? » demanderez-vous. Ouvrir vos données et faire du profit ne sont pas deux choses mutuellement exclusives. Une rapide recherche sur Google montre que beaucoup d’entreprises proposent des données ouvertes, tout en les valorisant.
Un exemple est celui de la compagnie anglaise OpenCorporates, laquelle propose son référentiel de données sur les entreprises en accès ouvert, et se positionne ainsi comme un référence incontournable dans son domaine. Cette approche renforce les opportunités de proposer des services de conseil, d’analyse de données et autres services pour, à la fois, les entreprises et le secteur public. Les autres entreprises sont incitées à utiliser les données, même pour un usage concurrent ou pour créer d’autres services, mais uniquement sous des termes de licence identiques – et fournissent ainsi une ressource dérivée qui peut être utile à OpenCorporates. Ici réside la réelle innovation et la démarche durable – décloisonnant les silos et créant de la valeur pour la société, pas seulement les entreprises concernées. Les données ouvertes créent de la croissance et de l’innovation dans notre société – quand la manière qu’a Google de proposer ses données crée probablement principalement de la croissance pour… Google.
Capture d’écran 2014-03-18 à 12.30.38
Nous constatons une tendance croissante à ce que l’on peut appeler l’open-washing » (inspiré du «greenwashing» ou éco-blanchiment) où les producteurs de données proclament leurs données ouvertes, même si ce n’est pas le cas dans les faits : les données sont juste disponibles sous des termes limitatifs. Si nous ne sommes pas attentifs à cette différence, nous finirons par mettre nos flux de données vitales dans des infrastructures en silos construites et détenues par des entreprises internationales. Et nous ferons alors l’éloge d’un mode de développement technologique néfaste et non-soutenable.

Sandy e gli open government data

- November 9, 2012 in new york, Open Data, Open Government Data, Open Street Map, sandy

Quest’articolo è la traduzione dall’inglese di Hurricane Sandy and open data. L’autrice del post è Theodora Middleton (OKFN) Non è un’associazione immediatamente ovvia, eppure gli open data e la crisis response vanno incredibilmente bene insieme. Quando Sandy ha sferzato la costa orientale degli Stati Uniti nei giorni scorsi, causando tragiche perdite di vite umane e ingenti danni economici, molti degli [...]